Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/08/2016

Être-pour-la-mort

Allocations familiales en Flandre, 160 euros par enfant. Wallonie, 120 euros... peut-être moins ?

Bah, pas grave... Ce n'est jamais grave... Si les Flamands sont séparatistes — quand ça les arrange — ces niquedouilles de belgifiés sont c'est-pas-gravistes.

Nous aimerions tout de même savoir ce qu'en pense la Ministre de l'Egalité des Chances. Elle si prompte à voir des discriminations partout — quand ça l'arrange, elle aussi... 

Hélas, on l'entend moins que son confrère Prévot, vice-président du gouvernement régional wallon, qui déclare, sans gêne : il faut quitter le régime d’après-guerre, qui avait pour vocation d’inciter à la natalité.

Ainsi donc, la natalité pourrait baisser en Wallonie ? Alors que nous sommes déjà moins nombreux que les Flamands qui, eux, tiennent un tout autre discours sur le sujet ? 

Ainsi donc, la natalité en Wallonie pourrait baisser ? Alors que notre identité s'étiole sous la pression de Bruxelles et que nous accueillons toujours plus d'étrangers que la Flandre, comme le montre la crise des migrants... Des populations allochtones qui, souvent, ont une démographie plus importante que la nôtre, avec ou sans allocations familiales.

Le comble : cette déclaration de Prévot survient dans une région littéralement obsédée par l'enfance, du moins tant qu'il s'agit d'un prétexte tarte à la crème pour multiplier les animations et les fêtes débiles. 

Vous aimez les enfants ? Pour les prendre en otages et truquer les chiffres de fréquentation de vos expositions, joyeuses entrées et autres calembredaines. Y a bon les visites scolaires ! 

Mieux : cette déclaration survient dans une région où il ne s'écoule pas cinq minutes sans que les médias nous parlent des heures-les-plus-sombres-de-notre-histoire, de peuples menés à l'abattoir, de génocides, etc. Mais leur propre extinction, on dirait que ces abrutis ne la voient pas venir !

Si Prévot leur claironnait au creux de l'oreille — Hé, les Wallons, vous êtes de trop ! On va vous liquider, on va vous remplacer ! C'est ça le Plan B pour sauver la Belgique ! — ils hausseraient encore les épaules et cligneraient de l'œil, avec leur accent pâteux : C'est pas grave, hein... On est belges...

Après tout, c'est peut-être vrai. Ces histoires d'allocations ne sont pas si graves... tant qu'il nous reste la famille royale, une fois. 

Zed le Mutant

30/08/2016

J'aime les 21 avril

 
J’aime bien quand un car de touristes se renverse
Bourré de jeunes Allemands ou de vieilles d’Anvers 
 
J’aime la pluie qui disperse les fêtes carnivores
S’il tombait de la merde ce serait mieux encore
 
Et tous ces vigilants des causes assurées
Qui se campent en héros de causes désespérées
 
Et j’aime l’asservi des chiottes médiatiques
Lorsqu’il voit démentis tous ses beaux pronostics
 
J’aime les sondages qui baissent et les cotes qui tombent
Et les bonnes opinions qui si vite retombent
 
Car c’est dans l’échec seul que la liberté vit
Et toute réussite bientôt l’anéantit

Poussière tombée d'un crâne

J'ai passé plus de vingt ans à explorer les bibliothèques de New York et de Londres. Vous êtes des millions à vous dire : comme c'est sinistre. Mais quels défis et quels enthousiasmes... Quelles découvertes !

Chaque fois qu'un dogme prononce son verdict, j'entends le claquement des menottes, mais c'est le cerveau que l'on claquemure.

Bien souvent, je me moque complètement que les étoiles se situent à des milliards de kilomètres ou à dix minutes à pied, mais qu'on m'affirme d'un ton catégorique qu'elles ne peuvent se trouver qu'à des milliers d'années-lumière et aussitôt mon esprit de contradiction monte sur ses grands chevaux, et je m'enflamme, à un point tel que, si je n'arrive pas à trouver le défaut de la cuirasse, j'emploie quelque artifice pour rendre son lustre à mon amour-propre.

Charles Fort : Lo !