Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/11/2016

Avec ou sans filtre ?

 

Si vous avez raison, alors, je n'ai plus qu'à me suicider, aurait dit Jean Hippolite à Julien Freund, disciple et continuateur français de Carl Schmitt. Selon la légende, Schmitt était lui-même tellement paranoïaque qu'il ne s'endormait pas sans avoir jeté un œil sous son lit...  

Les critères schmittiens conservent leur pertinence, encore faut-il préciser le filtre avec lesquels on les emploie. Ainsi, pour un survivaliste blanc comme Piero San Giorgio, l'ennemi désigne probablement l'islam ou l'islamisme, l'adversaire les soraliens et leur front de la foi (ou la gauche bisounours) et les traîtres, les lobbys immigrationnistes. 

En revanche, si nous adoptons le filtre d'un Wallon conscient communautairement, quelle lecture opérer ?

L'ennemi, ce serait l'entité belgicaine qui ne se maintient qu'à nos dépens, qui veut nous faire disparaître en tant que peuple Wallon et qui nous empêche de nous rattacher à la France, notre vraie patrie.

L'adversaire, ce serait la Flandre, du moins les nationalistes, qui nous détestent, mais avec qui il serait possible d'établir enfin une procédure de divorce.

Quant aux traîtres... 

Le questionnaire est à réponse ouverte ?

ZLM

Commentaires

Si seulement,l'on pouvait considérer qu'il est possible que l'association des voix francophones et flamandes,pouvaient être possible pour booster celles ci dans la direction d'un divorce,alors je signerais à 2 mains...
Mais l'association des 2 parties est elle possible,à l'heure actuelle,dans la situation où la belgique est unitaire sans l'être (régions),et où il n'est pas possible d'associer les voix...?
Et Bruxelles?
Ce serait pour mon compte l'une des directions les plus positives,où l'ensemble des forces prendrait alors tout sons sens
Sinon,que de temps,que d'énergie perdue...
Que de contradictions et de retours en arrière;en effet il n'est nullement question de vouloir faire des compromis ou de refabriquer quelque chose ou de se mêler de la manière de penser flamande,mais de contrer l'inutilité,pour refabriquer avec eux ,dans deux dimensions différentes et avec leur integrité personnelle,des relations à pied d'égalité;cela me paraît constructif.et démocratique.
Les nationalistes ne nous détesteraient probablement pas si il y avait dialogue ouvert sur le chemin à suivre vers l'indépendance,et non des disputes de clocher sans rendement,ni futur.
Nous aurions certainement moins de problèmes avec eux,que nous n'en avons entre francophones(francophones car la wallonie en tant que telle n'existe pas).

Écrit par : Bertand N | 28/11/2016

C'est une lutte asymétrique. Nous sommes minoritaires par rapport aux Flamands et surtout, nous ne disposons ps de mouvement identitaire Wallon.

Des relations constructives, sur un pied d'égalité avec les Flamands, ce sera toujours impossible. Le Vlaams Belang est peut-être plus toursiveux qu'il ne le montre. Veulent-ils vraiment l'indépendance ?

Quand j'avais discuté avec des identitaires flamands, et que le sujet du rattachisme était venu sur le tapis, ils avaient immédiatement rétro-pédalé, terrifiés à l'idée d'une France élargie aux frontières de la Flandre.

L'autre énorme problème, ce sont les médias bruxellois qui nous dénigrent quotidiennement à l'étranger et qui nous instillent la haine de soi.

Pour preuve supplémentaire, cette grotesque campagne selon laquelle il y aurait 18 viols par jours en Wallonie. Les médias bruxellois peuvent nous cracher dessus, nous décrire comme des violeurs, comme des chômeurs, des bons à rien... ce n'est pas du racisme, non, non, non.

Mais enfin... Si les médias bruxellois osaient le quart du tiers de la moitié à propos des Juifs ou des Italiens ou des musulmans, vous verriez les cours de justice prises d'assaut, la ligue des droits de l'homme et Amnésie Internationale grimper aux rideaux.

Contre les Wallons, tout est permis. Nous sommes clairement la cible d'un programme d'extermination, ourdi depuis l'Europe de Bruxelles, vendue aux yankees.

Ils sont en train d'expérimenter économiquement sur nous, exactement comme ils ont expérimenté militairement sur les Serbes dans les années 90. Serbie Wallonie, même combat contre le Nouvel Ordre Mondial.

Nous n'avons pas la main. La solution, si elle existe, viendra de l'extérieur, de Flandre (et encore) ou de France... ou de l'effondrement du système européen.

Dans un cas comme dans l'autre, nous sommes condamnés et ceux qui nous dirigent nous ont déjà sacrifiés. Ils nous considèrent comme négligeables par rapport à la survie de leur Belgium.

Oui, c'est grave... très. Et je n'ai pas de solution.

Écrit par : zed | 28/11/2016

Les commentaires sont fermés.