Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/12/2016

Nabuchodonosor

Apocalypse en fachosphère. Comme dit la chanson : ils se frappent à coups de cric, pour le pouvoir, pour une femme ou pour du fric.

Le récent pugilat qui secoue le microcosme de la dissidence française nous rappelle une leçon de base : identifier l'ennemi évite des dépenses d'énergie inconsidérées. Les querelles d'ego et les rivalités mimétiques sont les plus ruineuses. 

Que vous soyez islamophile ou islamophobe, racialiste ou fidéiste, vous n'aurez pas voix au chapitre tant que Bruxelles dictera ses ukases.

La question de la sortie de l'Europe politique constitue le préalable absolument nécessaire à tout débat dans une perspective nationaliste.

La seule tête sur laquelle il faut cogner c'est la tête de pont mondialiste bruxelloise et pour l'heure, le coup de poing le plus efficace sera le bulletin de vote que vous glisserez dans l'urne. Les grandes révolutions arrivent parfois par la voie électorale. Cela s'est déjà vu. 

Cet avis ne concerne bien sûr que les nations européennes où subsiste un parti authentiquement souverainiste, ce qui n'est pas le cas de l'entité belgicaine, à l'exception peut-être de certains nationalistes flamands.

De ce point de vue, la véritable réconciliation devrait se produire entre Français délivrés de Bruxelles et Wallons enfin guéris de leur belgitude, dans une France qui maîtriserait ses frontières, son armée, sa monnaie et qui seulement alors retrouverait sa gloire. Son panache blanc, cher Daniel...

Car la seule nation qui doit disparaître, c'est le gazomètre belgicain, précisément parce qu'il ne s'agit pas d'une nation, mais du hideux modèle de supermarché que Bruxelles souhaite imposer au reste de l'Europe. 

En attendant, à défaut d'être chevaleresque, restons courtois avec notre famille politique, même éloignée. A notre niveau, jamais ce blogue n'attaquerait un rattachiste, fût-il de gauche et laïcard. Taquiner, oui. Agresser, jamais.

D'abord, parce que nous ne sommes déjà pas nombreux et bien que nous divergeons sur les finalités, nous partageons le même objectif.

Ensuite et surtout, parce que comme le quatrième commandement nous l'enseigne, on n'agresse pas les personnes âgées. 

ZLM

Les commentaires sont fermés.