Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/12/2016

She's lost control...

A trois heures, un grand cri déchira le silence des voûtes, si perçant qu'une vieille mendiante, cheminant sur le sentier qui longe les maisons du béguinage du côté des champs, l'entendit.

A la même heure, un cri pareil retentissait en Judée, répercuté de siècle en siècle dans la croyance des hommes ; et comme alors, ce cri sembla le spasme final d'une âme rompant ses attaches.

Justement les esprits étaient plongés dans la méditation de cette sombre portion de l'éternité où Jésus expira le consummatus est.

En un moment, toutes les béguines furent debout, en proie à une terreur inexprimable, s'imaginant, dans la confusion de cette clameur soudaine, que la bouche même du Christ venait de se faire entendre.

Un long tremblement courait sur les béguins, qui s'affolaient, se retournaient en tumulte vers le point de l'église d'où provenait le cri terrifiant.

On vit alors Humilité étendue à terre, la face entre les dalles, plate. Un mouvement général de curiosité succéda à la peur d'une chose surnaturelle et toutes se précipitèrent.

Mais celles qui voulurent la soulever ne purent venir à bout de cette forme pétrifiée, d'une lourdeur de cadavre. 

Tandis qu'on courait quérir des hommes dans le voisinage, quelques-unes des sœurs s'étaient mises à genoux autour du corps gisant et récitaient des prières, croyant à une mort foudroyante.

Extrait de L'Hystérique de Camille Lemonnier.

Les commentaires sont fermés.