Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/12/2016

Diabolus in pagina

 

Source : Václav Richter, radio Prague : le Codex Gigas a vu le jour au couvent de Podlazice. Nous ne savons pas exactement quand, mais c'était au début du XIIIe siècle, probablement autour de l'année 1229.

Les documents sur sa création ou sur son auteur ne se sont pas conservés. On l'appelle la Bible du diable...

Les dimensions du livre sont exceptionnellement grandes et c'est pourquoi il était comparé, déjà au Moyen Age, aux sept merveilles du monde. Il mesure 920 sur 505 millimètres et pèse 75 kilogrammes. 

C'est donc un livre bien lourd. Il comprend 312 feuilles de parchemin, soit 624 pages de texte manuscrit. Aujourd'hui, on estime que pour obtenir le matériel nécessaire pour ce livre il fallut les peaux de quelque 160 bêtes.

Pourquoi donc le codex est-il appelé Bible du diable ? Selon le maire de Chrast, Tomas Vagenknecht, qui a étudié, lui aussi, cette problématique, il y a deux raisons à cela :

D'après une légende, un moine qui vivait dans l'est du royaume de Bohême, dans le couvent de Podlazice, a été condamné à être emmuré vivant et pour échapper à ce supplice il a proposé d'écrire, en une seule nuit, le plus grand livre du monde.

Cependant, alors que minuit approchait, il s'est rendu compte qu'il ne pourrait pas réussir à achever son travail à temps, et c'est pourquoi il a imploré le secours du diable.

L'autre raison pour laquelle on appelle ce livre la Bible du diable, c'est que parmi les enluminures du manuscrit il y a vraiment l'image du diable ce qui était tout à fait inédit à l'époque. 

Les commentaires sont fermés.