Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/01/2017

Eschatologie buissonnière

 

 — Sœur C***, est-ce vrai qu'à la fin des temps, nous ressusciterons tous ?

A la question de l'enfant, la religieuse, une brave vieille fille au visage chevalin, éclate d'un rire joyeux :

— Mais bien sûr, mon petit... et nous serons redevenus enfants.

C'était il y a longtemps, comme dit la chanson, quand je ne voyais pas le bout de ma vie. Cette pauvre sœur te renvoyait à toi-même et à l'apocalypse que chacun est appelé à rédiger pour soi seul. 

Qu'espérais-tu qu'elle répondît ? Franchement, tu avais déjà de ces réflexions... Il n'empêche... Sa réponse était à désespérer... Rien n'aura donc servi ? Toute l'Histoire aboutirait à une idyllique république puérile ? On dirait du mauvais Dostoïevski...

Symbolique ? De grâce, ne nous parlez pas de pureté... Sœur C*** n'ignorait rien de la cruauté des enfants, à commencer par la tienne... Et tu n'étais pas le pire. Que dirait-elle de la génération d'aujourd'hui ?

Il n'y avait pas une once de malignité chez Sœur C***. Paix à son âme... Pourtant, lorsque tu y repenses, tu éprouves la même impression que si elle avait répondu à la question Et si le Christ revenait ? en disant :

— Oh, il ne se passerait rien, absolument rien. Personne ne s'en apercevrait. 

Récapitulons : soit la question était absurde, soit la réponse l'était, voire les deux en même temps.

Après tout, qui parle de revenir ? Les rappels, c'est toujours le signe qu'on s'est mal exprimé.

Les commentaires sont fermés.