Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2017

Wallonie Junky ?

La retraite ? Soyons optimistes, je serai mort avant, enfin libre, débarrassé de leur hideuse Belgique. Et ça tombe bien : d'après Le Vif, la pension des Wallons sera moins dorée que celle des Flamands. 

Bien sûr, les gazetiers de ce royaume d'opérette jetteront la pierre aux fainéants-chômeurs-Wallons. Après tout, diront-ils, l'épargne-pension est une formule démo-cra-ti-que !

Démocratique, à la belge ! Quand les revenus sont au plancher, on vit au jour le jour. Et comme la Flandre accapare les leviers économiques, et comme les Flamands sont démocratiquement plus nombreux que nous, devinez la suite.

Notre ministre de l'Egalité des Chances, cette médium qui fait parler les victimes fantômes, n'aurait-elle rien à dire sur le sujet ? Surtout pas ! Comme déclare cyniquement un banquier flamand : on est en Belgique. Ouvrir ce genre de débat, c'est ouvrir une boîte de Pandore.

Sans blague ! La boîte de Pandore, les Flamands ne se gênent pas pour y introduire la fourchette à escargots, pour curer l'espérance qui adhère au fond. Les Flamands ne voient aucune objection à réclamer la scission des transferts dans les secteurs qui les agréent... et ils osent nous traiter de junkies !

 

Junky Wallonie ? C'est le clystère qui se moque de la perfusion ! Ecoutez bien la conclusion de l'enquête du Vif :

L'épargne pension coûte chaque année plus d'un demi-milliard d'euros aux caisses de l'Etat Fédéral unitaire, un cadeau fiscal très inégalement redistribué aux contribuables et surtout profitables à la Flandre, en raison de sa population plus nombreuse. Cela s'appelle un transfert sud-nord.

Eh oui ! Ce transfert-là, dans ce sens-là, les Flamands ne sont pas près de réclamer sa scission...

Jésuites ! Nationalistes de polders ! Lions à pieds plats ! Puisqu'il n'y a plus de solidarité nationale depuis belle lurette, geen centen meer voor de Walen, puisque tout est communautairement clivant, puisqu'il n'existe aucune nation belge, ni peuple belge et puisque vous possédez la force politique... Faites-le donc sauter le gazomètre !

Hélas, non... Bon baisers de Maddens : ils préfèrent nous pourrir la Wallonie, jusqu'au bout ! Avec la complicité de l'ennemi intérieur, toutes obédiences confondues, loges, chapelles, intercommunales, fournisseurs de la cour Pétaud... tous belgifiés au Publifin ! 

Dans le même numéro du Vif, le belgicain Bouillie Lanners, cinéaste à pellicules misérabilistes, déclare complaisamment : cette Belgique unitaire, c'est un inconscient culturel (sic) que je revendique et que les nationalistes comme de Wever ne m'enlèveront jamais.

Cette Belgique unitaire... Je rêve ou quoi ? Dans ce cauchemar, on se demande qui sont les plus haïssables, les plus sournois, les plus malfaisants.

Les Flamands qui, après tout, défendent leurs intérêts ethniques et économiques... ou cette oligarchie de belgo-bobos, vendus à Bruxelles, gavés de subventions et enduits de bien-pensance comme d'une pommade ?

Eux, prendre leur retraite ? Vous n'y songez pas... L'argent et le fumier ne dorment jamais : ça fermente.

ZLM

Les commentaires sont fermés.