Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/01/2017

Aboyez dur, aboyez mou...

 

Ils savaient dans le groupe qu'il y avait un zozo comme moi qui posait des questions dérangeantes, déclare Cédric Halin, l'humaniste par qui le scandale Publifin arrive.

Halin aurait reçu des menaces de son propre parti... Ne vous en faites pas. Au début, on éprouve une gêne, on a peur, on regarde derrière soi en marchant dans la rue, mais qui a envie de mourir sans cicatrices ?

Publifin, c'est fin... Ça rime avec Belgicain... Car cette affaire n'est pas un raté du système ou un dysfonctionnement malheureux.

C'est à la fois la mise en abyme et la récapitulation historique de l'entité belgicaine : comment se constituer une usine à gaz entre amis. Léopold Ier, roi des initiés, aurait lui-même comparé son royaume à une sale boutique. Voilà qui est franc...

Qu'importe ! Tout ça n'est pas bien grave... D'ici aux prochaines élections, vous aurez tout oublié.

Quand bien même vous en garderiez souvenir, vous aussi, vous trottinerez jusqu'à l'isoloir, la queue entre les jambes, gentil chien-chien et vous voterez pour votre adorée Belgo. Remarquez, nous n'avons pas le choix : le vote est obligatoire. Rien ne se perd, rien ne se crée, tout finit en coalition...

Belgo à gauche... Belgo à droite... Belgo au centre... Ceux qui jouent les durs en lattant les chômeurs voteront Momo-Belgo. Ceux qui jouent les Che Gévara à la buvette de foot voteront Coco-Belgo.

Tous Belgos ! Et sous nos latitudes, une urne, ce n'est jamais qu'une caisse noire !

ZLM

Les commentaires sont fermés.