Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/01/2017

On ne meurt pas d'une coupure de presse

“Assis dans mon bureau en face de Kimball, je me suis rendu compte que j’avais imaginé plusieurs fois ce moment précis. C’était le moment contre lequel les détracteurs du livre m’avaient mis en garde : si quelque chose arrivait à quelqu’un en raison...

— Ecoutez, je ne veux pas attendre, je vais publier ces feuillets... N'essayez pas de me convaincre...  

— J'ai peur pour vous, dit presque timidement Tikhone.

— Peur que je n'y résiste pas, que je ne puisse supporter leur haine ?

— Non... pas seulement leur haine. Leur rire !

Fédor Dostoïevski : La Confession de Stavroguine

Les commentaires sont fermés.