Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/01/2017

Abattez ce mur, M. Diroupov !

 

Comme disait Zemmour, la Wallonie est à la France ce que la RDA était à la RFA. On peut le voir ainsi : la Wallonie, une Allemagne de l'Est, avec des mobiles, des magasins Carrefour et des intercommunales pourries... 

La laïcité belge serait à la République Française ce que la Stasi était aux écoutes téléphoniques de Mitterrand. Hélas, nous n'avons ni Jean-Edern Hallier, ni Carole Bouquet. Personne de cette trempe, aucun people de cette classe...

Même Mitterrand, avec ses dents limées, sa fille cachée, ses ortolans, possédait plus de mystère, plus d'aura romantique qu'un Machiavel-maçon à petit pied comme Di Rupo. Même Sarközy, l'agité bling-bling du bocal, paraissait moins empoté, moins boulet que cet ectoplasme à papa de Charles Michel.

Et Jean-Marie ? Je vous vois venir... Non, aucun équivalent... Ou alors De Wever, mais De Wever n'a rien d'un vaillant Breton, ni d'un baroudeur politique : plutôt un jésuite flamand, calculateur, cynique et roublard. L'unique exploit de cet ex-obèse fut de suivre un régime. 

Leur maudite Belgique, c'est le mur qui bouche ma fenêtre, comme dans le film de Zulawski, avec des miradors sidérurgiques, des fortifications de cokerie : un couvercle qui pèse sur nos crânes comme un divorce gelé, une dépression sans fin...

Beaucoup de jeunes Wallons passent à l'Ouest. En France, certains ne veulent plus en parler. Parfois, leur rejet atteint de telles proportions qu'ils gomment toute trace de leur accent belge. Maintenant, je suis Français... 

Imaginez si tous les immigrés suivaient cet exemple. Et ils ont raison... Il faut tuer le belge en soi... Les Flamands y arrivent spontanément ! Theo Francken parvient même à se faire élire Ministre de l'Intérieur en déclarant : je hais ma nationalité. Se dé-belgifier, c'est la seule manière de sortir de cette secte, de regagner un semblant de dignité.

Il n'y a plus de rattachisme, sauf à titre individuel. Fuyez ! Tant que vous le pouvez, avant que le bruxello-soviétisme ne vous rattrape... Un Wallon en France, c'est un voyageur temporel, comme ce transfuge russe qui déclarait à propos de l'Union Européenne : j'ai déjà vécu dans votre avenir... 

Pour moi, c'est trop tard. Je mourrai ici, dans le ratorium de Zinoviev. Les terrils béants... Confessions d'un Wallon de trop... L'avenir irradié... Mais quoi qu'il arrive, dites-vous que le mur de Berlin, le mur de Bruxelles, qui nous sépare de la France, finira par tomber, de toute façon.

Tous les empires finissent par s'effondrer, y compris l'empire du mal.

ZLM

Les commentaires sont fermés.