Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/01/2017

Ça rapporte...

 

L'entité belgicaine, une source d'inspiration inépuisable : l'éléphant dans la baraque à frites, le pachyderme honteux que tous préfèrent ne pas voir. 

Chez nous, la connivence est la norme médiatique, à un degré infiniment pire qu'en France. Ainsi, le scandale Publifin fut révélé de l'intérieur du système, par un trublion — ils sont rarissimes — et non par un journaliste.

Halin, ce héros ! Le grain de sable... La bulle d'air dans la seringue... Comment expliquer que personne à l'extérieur n'ait vu le mammouth ? Une telle montagne se repère à des kilomètres. Nul besoin de posséder un diplôme d'économiste. Il suffit d'un peu de flair, de curiosité. N'importe quel quidam sait que les intercommunales dégagent un fumet de faisandé.

Ainsi donc, pendant toutes ces années, il ne se s'est trouvé aucun journaliste pour renifler ce parfum ? On ne savait pas... Vous nous prenez pour des belges ?

A quoi occupez-vous vos journées dans les rédactions ? Et vous dénoncez une omerta ! Et vous tapez sur les fonctionnaires paresseux ! Commencez donc par vous-mêmes, au lieu de compter les poux sur la tête de Dutroux, misérables que vous êtes !

Dans l'entité belgicaine, on dirait que ce sont les partis eux-mêmes qui sortent les affaires, parfois par inadvertance, par vendetta... ou simplement parce que le mammouth gît déjà sur la place publique, criblé de balles, comme lors de l'assassinat d'André Cools. Un meurtre, c'est trop gros... Il faudra bien lâcher du lest... 

Aucun journaliste, du moins francophone, n'aurait le cran d'enquêter de sa propre initiative, ou de publier un brûlot polémique, comme en France... ou en Flandre, où la presse livre des enquêtes gratinées sur la famille royale. 

La presse francophone, veule, lâche, pourrie de subventions, se spécialise dans le cirage monarchique, l'afro-football, les pédophiles écrasés et la balance de chômeurs, surtout s'ils sont Wallons.

Leur but est moins de servir de contre-pouvoir aux puissants que de taper sur le petit peuple, sur les barakîs. Les malades Wallons coûtent plus cher que les malades Flamands. Pas vrai, Tchantchès ? Minute ! Je suis, tu es, nous sommes tous des barakîs de Wallonie. Et c'est sur nous que crachent ces belgicains...

A l'époque de la marche blanche, un journaliste français, interloqué par la confusion des genres, par le mélange d'émotionnel et de connivence, avait demandé aux reporters d'une télévision bruxelloise :

— Où êtes-vous exactement ? Devant ou derrière les caméras ?

A l'affût du scoop... Du coup de sifflet, oui ! Un reporter est un rapporteur et le bon chien rapporte toujours l'os à son maître. 

ZLM

Les commentaires sont fermés.