Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/01/2017

Une mouche dans l'horloge

 

Li mohe è l'ôrlodje machinique

*

— Ivan m'avait expliqué qu'ils le prenaient pour un catholique... parce qu'il lisait des livres. Forcément, un catholique, c'est un type bizarre qui lit des livres que personne ne connaît... On croit rêver... Ils sont si bêtes qu'il devient relativement facile de passer entre les mailles. Leur belgitude, c'est comme le judo : il suffit d'utiliser la force de l'adversaire. Laisser charger le rhinocéros... un croc-en-jambe et vlan, dans le décor ! Ils ne se doutent de rien... 

— Détrompe-toi. Catholique, dans leur langue, c'est déjà le pire : la menace fantôme sans laquelle ils ne peuvent exister. Peut-être pire que l'islam... Bien sûr, nous savons qu'il n'existe plus de catholiques en Wallonie, juste des humanistes ou guère mieux. Belgicatho ? Des belgifiés. Civitas ? Belgifiés aussi. Ils font des sapins de Noël au parlement européen... Le système tremble... Tant que c'est belgo, ça vaut zéro. En Flandre, les catholiques sont Flamands, avec la panoplie complète, implacablement cohérente : séparatisme, nationalisme et sympathies pour le diable.

— Oui, le système belgicain nous fait payer le national-séparatisme flamand, alors qu'il n'existe aucun équivalent en Wallonie. Mais cela leur permet d'officialiser la délation. SOS Gaucho, dénonce un facho... Tout est clivé, même la maçonnerie. Pendant que le père Michel tournait dans les loges bruxelloises pour sauver la Belgique, il paraît que Siegfried Bracke tournait en sens inverse dans les loges flamandes. Absurde... C'est complètement absurde.

— Eh oui, mon petit Alex, c'est toujours compliqué l'horlogerie...

Les commentaires sont fermés.