Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2017

« Je suis un D.J. métaphysique »

 

Selon le philosophe et animateur de radio Alexandre Douguine, le monde arrive à sa fin : Nous sommes les derniers hommes du dernier monde, mais peu nombreux sont ceux qui en ont conscience. Qu'en aurait pensé Philip K. Dick ? Dans son roman posthume Radio Libre Albemuth, un scientifique soviétique, Georgi Moyaschka, découvre un étrange satellite qui émet des ondes télépathiques à l'attention des éveillés. Tous les empires finissent par s'effondrer... Restez à l'écoute des étoiles... 

*

Ce soir-là, j'allais m'asseoir seul dans le patio de notre appartement pour regarder les étoiles. Je savais maintenant ce qui m'était arrivé : pour des raisons qui m'échappaient, je m'étais retrouvé connecté à un réseau de communication intergalactique basé sur le principe de la télépathie.

Assis là, seul dans le noir, je découvrais les étoiles dans le firmament et la prodigieuse intensité de la circulation entre elles. J'étais en contact avec une des stations du réseau et je tentai de la localiser, les yeux levés vers le ciel, quoiqu'il fut très vraisemblablement impossible de la repérer.

Un système solaire avec un nom de notre propre invention ; je connaissais le nom de cette étoile. Elle s'appelait Albemuth. Mais je n'avais trouvé aucune étoile de ce nom recensée dans nos ouvrages de référence...

J'étais installé ici, et là-haut, scintillait et clignotait l'étoile Albemuth avec son réseau émetteur d'une infinité de messages dans toutes sortes de langues inconnues. Ce qui s'était passé, c'est que l'opérateur de la station Albemuth, une intelligence artificielle, était entré en contact avec moi à un moment antérieur et maintenait la liaison ouverte.

C'était la raison pour laquelle je recevais des informations en provenance du réseau de communication, que cela me plaise ou pas.

Philip K. Dick : Radio Libre Albemuth

Les commentaires sont fermés.