Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2017

Marcionite Hardcore

 

Avec Marcion, c'est toujours un peu violent...

Quand il se démarque de Hegel, tout en se revendiquant de lui, Marx dit que Hegel avait érigé l'idée en démiurge du réel. A la place de cet architecte hégélien du monde, Marx met le Capital — c'est lui le prince de ce monde. Depuis le Timée de Platon, ce concept de démiurge a une longue histoire qui passe de la gnose à Marcion. Le démiurge ne sait pas créer le monde ex nihilo ; il doit travailler avec une matière qui lui a été donnée. Voilà pourquoi sa création est imparfaite. L'hérétique Marcion devait porter à son comble cette différence entre un mauvais dieu créateur et le futur dieu rédempteur. Karl Marx avait-il une dette envers la gnose ?

En 1921, Adolf von Harnack s'interrogeait sur l'apparence que prendrait un marcionisme contemporain. Qui alors est le démiurge et le sauveur, le dieu de l'Ancien Testament et celui du Nouveau Testament ? En 1935, Heidegger situe l'obscurcissement du monde en Amérique capitaliste et en Russie bolchevique. Il évoque le démoniaque, le mal destructeur et craint que l'Allemagne ne cède au même maléfice. En pleine période nationale-socialiste, il attendait un dieu ultime. Plus tard, il déclarera au Spiegel : Nur noch ein Gott kann uns retten, seul un dieu pourrait encore nous sauver. Martin Heidegger était-il marcionite ?

Telle est la thèse que nous souhaitons démontrer : la perception du monde de la gnose se distribue chez ces deux penseurs.

Heinz Dieter Kittsteiner : Marx - Heidegger, les philosophies gnostiques de l'Histoire.

Les commentaires sont fermés.