Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/02/2017

Feu follet

 

Lavé de tout dans le silence, une brise souffle dans mes cheveux
S'effaceront tous mes mirages, que je vous laisse dans un adieu

Pliez en quatre chaque lettre que j'écrivais sous la chandelle
Quelques lignes un peu naïves pour vous guider dans votre peine

Une pierre de feu cogne sur un arbre, je grave ton nom sur mon bras
L'encre se perd en ricochets, j'ai perdu ma joie ce soir-là

Soudain se lève le soleil, couplant son souffle le long des landes
A demi-corps sous les étoiles, les yeux figés dans l'au-delà

Juste une lettre un peu tardive à l'enveloppe déchirée
Je vois sur ce faire-part la conviction de ton départ

Se couchent alors sur l'horizon des cordes de neige cendrée
Chante la louange de ma détresse, rien ne sera jamais pareil

Une forêt veillera sur toi, quand je dormirai dans l'eau froide
A demi-corps sous les étoiles, les yeux figés dans l'au-delà

Les commentaires sont fermés.