Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/03/2017

Ardisco non ordisco

 

Claudia Salaris : A la fête de la révolution, artistes et libertaires avec D'Annunzio à Fiume, 4e de couverture.

En septembre 1919, le poète italien Gabrielle D'Annnunzio, à la tête d'une troupe de jeunes anciens combattants, les arditi, s'empare sur la côte adriatique, de la ville de Fiume, afin de la rattacher à l'Italie. 

Pendant plus d'un an, Fiume va devenir une petite contre-société expérimentale, exprimant sa sympathie pour la jeune révolution soviétique et les peuples colonisés, nouant des contacts avec les milieux anarchistes... mais inaugurant, simultanément, les formes d'expression du fascisme naissant : la chemise noire, le poignard au côté [le couteau entre les dents], le dialogue direct entre le tribun et la foule, la liturgie de masse...

L'aventure humaine est également attentive aux formes de rupture en matière de culture, avec Dada, Marinetti et les futuristes — et de moeurs — elle autorise le divorce et accorde le droit de vote aux femmes, tolère l'homosexualité, l'usage des stupéfiants et le naturisme.

Enfin, elle expérimente une économie pirate, centrée sur la primauté du don comme valeur fondamentale du lien social.

Les commentaires sont fermés.