Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2017

Licht ! Mehr Licht...

 

Adriano Romualdi : La question d'une tradition européenne, éditions Plein Soleil.

Si Dante incarne l'apogée du christianisme, Goethe est le meilleur témoin de son déclin. Certes, il n'y a chez lui aucun désir précis de s'opposer au christianisme.

Les dernières paroles du Second Faust peuvent s'interpréter à l'aune d'une forme d'indulgence pour la métaphysique de la Vierge comme symbole du catholicisme.

Que l'homme noble soit secourable et bon ; qu'il fasse sans relâche ce qui est utile et juste ; et qu'il soit pour nous, par avance, une image de ces êtres que nous soupçonnons.

Mais le thème qui réapparaît chez Goethe, c'est celui du monde classique et de la signification religieuse de l'Antiquité gréco-romaine.

Goethe inaugure le post-christianisme : les puissances divines sont encore présentes, mais elles ne sont plus que les êtres inconnus, plus sublimes que nous soupçonnons...

Ce n'est pas un hasard si la vie de Faust se clôt sur la vision de la suractivité humaine. Une page de l'histoire se tourne et le monde de la technique conquiert son espace propre. 

En dire du bien ou du mal ne règle pas le problème : il y a dans la réalité de l'ère de la technique une ignorance de toute autre perspective, mais aussi un esprit de rationalité et de maîtrise qui s'inscrit dans le cadre d'une tradition européenne. Car les origines des mathématiques sont apolliniennes, même si leurs applications semblent aller à la rencontre de Marsyas. 

Il y a dans la science et la technique une adhésion au style intérieur de l'homme blanc qu'il ne faut pas méconnaître. Le style est désormais émoussé, la vocation s'est dégradée au rang d'une habitude mécanique, mais reste commandée par une volonté de clarté qui nous rend compréhensible la bénédiction de Goethe...

L'homme blanc ne peut cesser d'écouter le commandement intérieur qui lui enjoint de créer et de soutenir l'Ordre. Midgard — la terre du milieu, le pays de l'homme — doit être perpétuellement défendue contre Utgard, contre les forces du chaos qui se pressent depuis la terre extérieure.

Les commentaires sont fermés.