Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/03/2017

Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre

 

Jean-François Gautier : Le sens de l'Histoire, une histoire du messianisme en politique.

Du contenu de l'urne rapidement refermée, Pandora n'avait conservé que l'attente : elpis...

Encore faut il préciser et enrichir le propos. Le terme grec elpis ne désigne pas nécessairement une espérance positive, une attente du meilleur ; il désigne plutôt ce à quoi il faut s'attendre.

Est-ce un bien ou un mal qu'elpis n'ait pas été libérée. Une rigoureuse lecture du mythe oblige à conclure de deux manières :

1. c'est un mal que de savoir ce qui va advenir puisqu'elpis était contenue dans la jarre, au même titre que les autres maux.

2. ce n'est pas un mal que de ne pas savoir ce qui va advenir puisqu'elpis, contrairement aux autres maux, est restée dans la jarre et n'encombre pas les humains.

Conclusion : la méconnaissance du devenir est une connaissance non discutable et non révisable de l'existence humaine ordinaire.

Force est de reconnaître que les théologiens chrétiens ont inversé le sens du mythe en faisant de l'espérance positive une vertu cardinale...

L'histoire de Pandora montrait clairement que l'enfermement de l'elpis était une donnée fondamentale de la vie humaine, condamnée à une perpétuelle surprise, et ne pouvant dessiner aucun avenir radieux, ni lendemain qui chante à l'horizon du pensable.

Le sens grec d'elpis a maintes fois été exprimé par Euripide : Rien est impossible, il faut s'attendre (elpizeïn) à tout... Néanmoins, il ne s'agit pas d'une litanie mortifère...

La philosophie de l'histoire dans la culture gréco-romaine est vite résumée : seule vaut l'action ; elle seule, par ses vertus, charpente le devenir. 

Les commentaires sont fermés.