Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/04/2017

Une nation de trop...

 

Pour se dire belgicain, il faut un chromosome de trop...

Source La 25e Heure : Voilà qui risque de faire du bruit. Dans sa dernière livraison en date, le courrier hebdomadaire du Crisp constate le parachèvement de la nation flamande.

Trois historiens flamands, Bruno De Wever, Frans-Jos Verdoodt et Antoon Vrints, ont conduit un essai dont l’objet est d’appliquer au Mouvement flamand les idées de Miroslav Hroch, théoricien tchèque du nationalisme, pour qui le succès d’un mouvement national est étroitement lié aux conditions sociales dans lesquelles il se développe.

Selon les trois historiens, si l’on s’en tient au schéma développé par M. Hroch, on peut affirmer sans crainte que "la construction de la nation flamande […] est pratiquement achevée".

En effet, écrivent-ils, "la petite nation flamande reflète désormais en grande partie la composition sociale de la population flamande. La nation flamande a donc cessé d’être petite car elle n’est plus subordonnée à la nation belge. Les groupes sociaux vitaux expriment de plus en plus leurs intérêts en termes flamands et non en termes belges

Les commentaires sont fermés.