Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/04/2017

Ecce Gonzo

 

Love Missile Herstal...

J'ai regardé derrière moi, j'ai regardé devant moi et jamais, je n'ai vu autant de choses et si bonnes. (Nietzsche, Ecce Homo)

Cinq ans de blogue, cinq ans de souterrain. A vrai dire, ce lustre fut le plus brillant de ma vie. L'illuminé de service ? Si vous voulez...

Même si les temps ne sont pas à la joie, hissons les couleurs : Coq hardi, dextre levée... Tête de mort, couteau entre les dents... Corsaire rattachiste ! 

Au cours de ces cinq années, j'ai plus appris et j'ai plus rencontré de gens de bien, de beautiful people, qu'en quinze ans — ma muse, sans qui rien n'aurait été possible, raison pour laquelle je ne pourrai jamais être totalement italophobe.

Au cours de ces cinq années, j'ai réalisé mes meilleures conférences, j'ai fait parler les morts et propagé les ondes du soleil noir — merci à la Clique et désolé pour ma blague sur les migrants, j'ignorais qu'on était sur antenne. Et puis, Valéry, si tu nous regardes, je te le répète : non, je n'ai jamais voté à droite de ma vie... J'ai fait bien pire ! 

A présent, si j'imite Nietzsche et si je regarde loin devant moi... Eh bien, par chance, je suis myope comme une (vieille) taupe. Combien de temps encore ? Cinq ans ? Dix ans ? C'est beaucoup demander. Il reste ce blogue que je renonce à élaguer... Tant pis pour les contradictions, tant pis pour les fautes, coquecigrues et autres pataquès. Prenez et laissez ce que vous voudrez...

J'ai quelques certitudes, aucun système. Je hais la Belgique, parce que ce faux-pays ne connaît pas la grandeur, parce qu'il se complaît à dévaloriser les plus hautes aspirations et parce qu'il nous réduit, nous les derniers Wallons de souche, à des caricatures odieuses.

Belgique, tu ne m'auras pas ! Ton gazomètre multiculturel, gloubiboulga, Tata Yoyo et compagnie, n'est qu'une monstrueuse, une incompréhensible erreur de l'histoire et elle ne se maintient qu'au profit d'une ignoble nomenklatura vendue à Bruxelles, la capitale des urinoirs.

Si je savais comment sortir de cet enfer belgicain, comment enfin réunir la Wallonie à la France, je ne l'écrirais pas. Prophecy is not nice, prophecy is ragged and dirty... Les prophètes ne sont pas aimables, mais sales et déguenillés, disait un auteur de science-fiction.

Ça tombe bien : je suis le prophète du Kali Yuga Wallon !

Les commentaires sont fermés.