Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/04/2017

Hoax et effroi

 

Source Voxnr : L’hystérie est donc déclenchée – encore une fois –, l’opinion publique a commodément oublié que les armes chimiques détenues par Damas avaient toutes été détruites en 2014 à bord d’un navire américain, rien de moins, sous supervision de l’ONU.

Et l’opinion publique a commodément oublié qu’avant la ligne rouge théoriquement dépassée de Barack Obama sur les armes chimiques, un rapport secret du renseignement avait indiqué de façon très claire que le Front al-Nosra, alias Al-Qaïda en Syrie, maîtrisait les techniques de fabrication du gaz sarin et pouvait en produire en grande quantité.

Sans même parler du pacte secret de 2012 entre l’administration Obama et ses alliés, la Turquie, l’Arabie Saoudite et le Qatar, pour lancer une attaque au gaz sarin et en rejeter la responsabilité sur Damas...

Les financements du projet venaient de la connexion OTAN-Conseil de coopération du Golfe ajoutée à la connexion CIA-MI6, alias la « ratline », qui avait permis de transférer toutes sortes d’armes de Libye jusqu’aux salafistes-djihadistes en Syrie.

Ainsi, ces armes toxiques, qui avaient « disparu » – en masse – des arsenaux de Kahdafi en 2011 se sont retrouvées à renforcer al-Qaïda en Syrie (pas l’État islamique/Daech), rebaptisé entre-temps Jabhat Fatah al-Sham et généralement décrit à Washington comme des « rebelles modérés ».

Coincés dans la province d’Idlib, ces « rebelles » sont aujourd’hui la principale cible de l’armée arabe syrienne et des forces aériennes russes. Damas et Moscou, au contraire de Washington, sont déterminés à annihiler toute la galaxie salafiste-djihadiste, pas uniquement Daech. [...]

Que Damas lance une attaque au gaz contre-productive et se mette à dos l’ensemble de l’OTAN [...] ne tient pas debout une seule seconde. Cela ressemble beaucoup plus au tsunami de mensonges qui annonçait la campagne militaire « Choc et effroi » de 2003 en Irak. [...]

Le Front al-Nosra n’a jamais cessé d’être le chouchou de la CIA dans son scénario de changement de régime en Syrie.

Les commentaires sont fermés.