Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2017

Fenêtre sur cave

 

— Les soixante-huitards vieillissent mal... Ils ont tout eu... Ils en ont profité et maintenant, ils sont blasés, suffisants, aigris... J'espère ne jamais leur ressembler...

Christian jette un brin de tabac par la fenêtre. Drôle d'impression : tu jurerais avoir déjà vécu cette scène, il y a des siècles, dans une autre vie...

— C'est marrant, dis-tu. Quand on avait vingt ans, à la fac, tu m'avais presque dit la même chose... Devenir facho, plutôt mourir...

Christian rit. Il ne se souvient pas. Du coup, tu te demandes si tu as rêvé. Bien sûr, les soixante-huitards ne sont pas devenus fachos : ils sont simplement passés du col Mao au Rotary club. Petit bourgeois deviendra grand...

Devenir facho ? Dans une région laminée par la maçonnerie et qui n'a jamais connu que l'internationalisme ? Tu délires... Déjà étymologiquement, le Wallon, c'est l'étranger, celui qui n'est pas un germain, celui qui est celui qui n'est pas... L'identité d'une passoire.

Auprès de tels décavés, tout passera toujours. La gauche vote l'exclusion des chômeurs, la droite fédérale ramène des migrants, les communistes aiment la monarchie, le roi est membre du Bilderberg et les catholiques agnostiques.

Mais enfin... Tout est gaucho ! Tu jurerais entendre Roger Holeindre. Il faut croire que la situation est pire ici, puisqu'il n'y a personne en face, hormis quelques nazebroques belgicains. On est chez nous ? Ah oui... Où étiez-vous quand les gauchos caillassaient Primatice ?

Y a bon Gloubibelgo : régulariser les sans-papiers, lutter contre l'intolérance, le racisme, l'homophobie, les violences faites aux femmes. Gnian-gnian Power ! Comme disait Wittgenstein à Russel qui tentait d'obtenir sa signature pour une pétition : Eh bien, moi, je préférerais une pétition en faveur de l'esclavage, la haine et la bombe atomique.

Lorsque vous entrez dans le studio, cinq noirs à dreadlocks occupent les pistes. Tu comprends à peine ce qu'ils baragouinent. Ils passent une sorte de reggae et bien que votre tour soit venu, ils ne donnent pas l'impression de décamper. Tu repenses aux paroles de Christian : Une équipe très soudée, très organisée...

Lorsqu'enfin ils évacuent, tu te glisses au fond pour ouvrir la fenêtre. Sans surprise, la vue est la même que tout à l'heure dans l'escalier : un puits d'immeuble... des toits couverts de cadavres de clopes. Pendant une seconde, tu éprouves une impression de chute vertigineuse, tête la première.

Devenir Richard Durn...

Les commentaires sont fermés.