Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/06/2017

C'est la voix du sang !

 

Nos péchés s'impriment dans notre sang et nous les transmettons à nos enfants, comme nous leur transmettons nos maladies héréditaires, et ceci est assez ignoré aujourd'hui.

Nos ancêtres, même les plus éloignés sont là, dans notre sang, avec leurs qualités et leurs défauts et bien souvent nos impulsions irraisonnées ne sont que de brusques réveils avec lesquels nous nous battons.

Dans le travail de l'ascèse, ce n'est pas l'une des moins curieuses expériences qui attend le mystique que celle où, lorsque son sang, celui de toute la lignée qui coule à travers ses veines, s'apprête à subir la transformation nécessaire, il en voit surgir tous les ancêtres qui l'ont amené jusqu'à son état présent, tous ses ancêtres qui, de par ces qualités, auront le droit de participer, dans une certaine mesure, à l'ascension de l'ascète.

Car, et c'est encore une chose assez peu connue : qui parfait l'ascèse entraîne à sa suite, bien qu'à des degrés moindres, tous ceux de sa lignée qui en furent dignes.

J'ai vu le tableau de ma vie avant ma naissance, ou plutôt celle de mes ancêtres, dit Catherine Emmerich. Cette expérience de la sainte attend tôt ou tard celui qui cherche à s'avancer sur le chemin et il comprend alors ce que certains ont appelé l'éveil de la mémoire héréditaire. [...]

C'est également dans le sang et par le sang qu'opèrent, comme je l'ai signalé naguère, d'un côté les bénédictions et de l'autre, mais seulement et fort heureusement jusqu'à la quatrième génération, les malédictions, les envoûtements...

Car le fils, le petit-fils, l'arrière-petit-fils d'un être qui fut maudit selon les rites, ou d'un être qui fut envoûté, porteront encore la peine de cette malédiction ou de cet envoûtement et c'est ici une loi terrible, une loi qui est un aspect de celle concernant les maux à transmission héréditaire, mais ici en mode psychique et magnétique.

C'est précisément parce que, de par son sang, l'homme participe de la nature ténébreuse en même temps que de la lumière, parce qu'il est à la limite entre la lumière et les ténèbres qu'il peut agir par la magie tant pour le bien que pour le mal. Le sang contient les deux puissances : il peut attirer vers lui les forces d'en bas comme les forces d'en haut...

Mémoire du sang : contre-initiation, culte des ancêtres, sang, os, cendres, palingénésie par Alexandre de Dànann, éditions Archè Milano.

Les commentaires sont fermés.