Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/06/2017

Vukolak club

 

Il paraît que le loup revient en Wallonie...

Tout est donc perdu, à présent. Irrémédiablement perdu, en deçà de toute espérance, et même de toute désespérance. Mais il se fait aussi que, dans le plus profond, dans le plus extrême secret, des hommes sans attaches entre eux, des hommes sans visage, ni lieu, parviennent malgré tout, de temps en temps, à passer la ligne en solitaires...

Des constellations d'hommes plongés dans une solitude existentielle plus nue que la nudité même de la mort, mais sauvés, tous, en eux-mêmes, et libérés, tous, dans leurs vies, annoncent, par le simple fait de leur présence, inconcevablement, la naissance future des confréries spirituelles qui, un jour, l'emporteront en force sur la part actuellement régnante et agissante du non-être. [...]

Car, dans les nuits et les effondrements, dans les auto-déprédations apocalyptiques d'un millénaire en train de pénétrer dans la Mahapralaya, dans la Grande Dispersion, les meutes évoliennes, agissant en ordre dispersé, les confréries de loups-garous courant à travers les sentiers les plus interdits de l'être et de l'histoire, risquent encore de pouvoir répondre, envers et contre tout, au mot suprême de ce qui est ainsi sur le point de venir, si épouvantablement.

Nous attendons les loups-garous.

Jean Parvulesco : La spirale prophétique, les meutes de la dernière heure

Les commentaires sont fermés.