Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/06/2017

D'un Bardo, l'autre

 

Ce n'est pas ainsi que j'imagine la mort. Ce serait plutôt comme une longue promenade dans un paysage subliminal. Une déambulation à travers des chambres transparentes. Peu à peu, tu te détaches de toi-même... Je veux dire de ta substance... Comme si tu devenais graduellement, inévitablement, inexorablement ta propre ombre, ton propre reflet.

Daniel Walther : Les chambres transparentes

Les commentaires sont fermés.