Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/06/2017

Wiederzauberung der Welt

 

Faut-il liquider le mythe gnostique comme un exemple d'antisémitisme métaphysique qui accompagne l'antisémitisme social de l'Antiquité tardive ?

Il est établi que la protestation de la Gnose à la fin de l'Antiquité est fondamentalement liée à la révolte contre le monothéisme juif anti-mythique. Mais cette contre-attaque s'est produite non seulement depuis l'extérieur, c'est-à-dire l'environnement païen, mais elle a également été menée depuis l'intérieur, dans le milieu du judaïsme primitif lui-même.

On ne saurait comprendre le mythe gnostique si on passe sous silence le fait qu'il s'est constitué, en grande partie du moins, contre le dépassement biblique et rabbinique de la conscience mythique. 

Dans la mythologie gnostique, la vengeance du mythe envers ceux qui l'ont vaincu est palpable. Elle vit de la révolte contre la doctrine monothéiste de la puissance et de la création du Dieu supra-mondain. 

La protestation de la Gnose de l'Antiquité tardive témoigne également de la reconnaissance des frontières tracées par la religion de la révélation entre le Dieu créateur et la créature.

En elle s'exprime une expérience spécifique qui cherche à rétablir sciemment cette unité onirique de la conscience mythique après le tracé de la frontière entre Dieu, le monde et l'homme.

Jacob Taubes : Le mythe dogmatique de la Gnose, in. Le Temps presse

Écrire un commentaire