Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/07/2017

I ain't no Lippens' son

 

C'est marrant : le procès instruit par les médias bruxello-flamands est toujours à charge de la Wallonie, la Walbanie, comme ils nous appellent, avec la complicité de l'ennemi intérieur, toutes obédiences confondues, bien sûr. Mais il faudrait peut-être demander à voir le moteur de leur Belgique, l'aspect structurel, la clef de répartition des richesses entre Flandre et Wallonie. Et là, on pourrait avoir des surprises... Apparemment, certains font les délicats...

Source GEWIF : En matière de transferts de richesse Nord-Sud, les études se suivent… et se ressemblent. Ou presque.

En général, ces études indiquent qu’en moyenne les transferts annuels en partance de la Flandre vers la Wallonie se situent entre 6 et 8 milliards. [Et ça représente combien par rapport à la moyenne européenne, on aimerait des précisions]

Cette fois-çi, ce sont les professeurs André Decoster et Willem Sas de l’Université de Louvain (KUL) qui se collés à l’exercice, à la demande du gouvernent flamand. 

Blablabla...

Là se situe peut-être la vraie nouveauté. En cause, en partie le facteur démographique. La Flandre vieillit plus vite que la Wallonie et Bruxelles, la charge des pensions y augmente donc plus rapidement.

Sur le paiement des pensions, la Flandre devient un  » récepteur  » net. [Est-ce réellement neuf ?]

De quoi couper l’herbe sous le pied de la N-VA, qui pointe régulièrement une Wallonie sous perfusion flamande ?

Le ministre-président flamand Geert Bourgeois (N-VA) a en tout cas pour sa part refusé de commenter cette étude. Du moins au nom du gouvernement flamand.  » Trop délicat « .

Écrire un commentaire