Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/09/2017

Anarcho-tribalisme

 

La constitution de la liberté plurielle ne peut survenir que dans un ordre autonome, fédératif, débarrassé de l'Un transcendant et de sa pacification coercitive, ce qui exige le rejet des mythes du père protecteur et de la mère nourricière.

Proudhon suppose des êtres collectifs adultes, libres et responsables, pour envisager une société aristocratique et libertaire où l'héroïsme consiste pour chacun à aller jusqu'au bout de ce qu'il peut.

L'anarchie de Proudhon est l'expression d'un combat contre la guerre, en ce que les absolus (individus, groupes) se combattent à la fois entre eux, mais aussi contre l'Absolu, c'est-à-dire contre l'absolutisme du gouvernement, de l'Etat ou de toute verticalité du pouvoir.

Par l'anarchie, la paix armée, l'Etat et la théocratie — ce qui pour Proudhon revient au même — n'ont plus le pouvoir de créer la dichotomie artificielle guerre-paix en faisant la guerre à l'intérieur de la société (contre toutes les revendications des puissances sociales de l'autonomie), ni à l'extérieur (contre les autres Etats) en vue d'imposer une paix subjective et idéologique, sans fondement social. [...]

Edouard Jourdain : Proudhon, Dieu et la guerre, une philosophie du combat, éditions L'Harmattan, collection Ouverture philosophique — un livre recommandé par Wallonie Underground.

Écrire un commentaire