Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/04/2017

Mittal hurlant

 

Naît une impression générale qui est celle du rythme puissant d'une forge — effectivement, le mot convient à merveille. C'est l'univers de Vulcain qui est en marche, et on reste à la fois fasciné et secrètement terrifié ; Vulcain est le Dieu des forgerons, des métaux et de toutes les matières qui brûlent, des volcans, le Dieu du feu lorsqu'il sort des entrailles de la terre ; Vulcain est le Dieu de la deuxième révolution, l'anglaise, la révolution industrielle, du choix de la thermodynamique, que l'on retrouve inspirant, pénétrant, soulevant cet effort de guerre comme fait un volcan, qui est d'abord l'effort du Dieu de feu de la forge.

Philippe Grasset : La Grâce de l'Histoire

Au long de la tour de garde...

 

18.05.2017, réservez vos places...

Récemment, j'ai trouvé dans ma boîte aux lettres un tract distribué par les Témoins de Jéhovah, dans lequel on me demandait si j'étais au courant de l'imminence de l'Armageddon, après quoi le Royaume viendrait pour les Justes.

Plus spécifiquement, le tract postulait a priori mon ignorance totale des forces qui vont construire le Royaume sur les débris du monde actuel et de l'aspect que prendra le Royaume.

J'aimerais confirmer par ces lignes que les Témoins de Jéhovah sont, pour ce qui me concerne, dans le vrai : je n'ai aucune idée de l'Armageddon et de l'après... mais il est très bien que quelqu'un le sache. Cela me réconforte énormément.

Ioan P. Couliano : Les Gnoses dualistes d'Occident

Rengaines

 

D'après mon téléphone mobile, nous sommes en 1980. L'objet a fait une mauvaise chute lorsque j'ai rendu la monnaie au gazetier.

A midi, sur un banc du parc, je le rafistole et je pense à vous, en France, les gars de Zen, Monsieur Précision à Lyon, Maxime à Montpellier, Collignon le vieux prof... Comment vivez-vous l'entre-deux-tours ? Et cette impression de piétinement, de déjà-vu...

Un vacarme détourne mon attention : sur un sentier, près de la pyramide, des jeunes avancent en direction du kiosque. Le meneur hurle des paroles qui se perdent dans une rumeur dérisoire, un peu inquiétante. En fait, il improvise un slam.

Sa rengaine m'évoque le camion du ferrailleur, dans mon enfance. Lorsqu'il traversait les rues du village, il égrenait une litanie dans un micro, d'une voix métallique : vieux cuivres, vieux zincs, vieilles machines à lessiver... C'était bien plus drôle...

Les jeunes sont des cons. Etudiants gnian-gnian. En 2002, entre les deux tours, le Grand-Orient les avait entraînés dans les rues, aux sons de sa flûte enchantée. Eh bien, c'est à ce moment-là que, pour la première fois, j'ai pensé : Le Pen avait raison !

Le vieux menhir détenait la réponse aux questions que je me posais, avec une angoisse croissante, depuis 1997. Seulement, jusque-là, je ne voulais pas voir. 

De même, à vingt ans, lorsque je lisais les vieux albums de Konk, je ne parvenais pas à comprendre comment un dessinateur de gauche avait pu passer à l'extrême droite. 

Quand tout le monde pense pareil, vous pensez comme les autres... mais vous croyez toujours penser par vous-même. En réalité, le groupe façonne le psychisme individuel, beaucoup plus qu'on ne l'imagine. Les bons flics le savent. On croit avoir vu, on n'a rien vu du tout.

Voilà pourquoi il n'y a rien d'étonnant si aujourd'hui les Français votent en masse pour Macron, la baudruche en boyau de porc bruxellois. Ils n'ont rien vu... Ils ne veulent pas voir... Une bulle dans la seringue médiatique a suffi pour liquider toute vie politique française. Gauche, droite... Pchit ! Macron, la petite bulle par qui le néant arrive...

12:18... Mon téléphone affiche de nouveau l'heure correcte. J'en profite pour jeter un œil sur le journal et je tombe sur la photo d'un bellâtre métis qui pose torse nu, couvert de tatouages.

« Sur la Place de la République, une association antiraciste a fait poser un homme dont le corps était couvert d'insultes racistes, afin de dénoncer l'extrême droite. Crève, sale nègre... Retourne dans ta savane... Bamboula... »

Vieux cuivres, vieux zincs, vieilles machines à lessiver...