Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/07/2017

Mon petit Perrache...

 

— Oui, je sais... Je suis d'extrême droite comme le grand blond est un barbouze. 

— C'est déjà pas si mal : à la fin, il part avec Christine.

Faites comme chez vous mais pas chez moi

 

On nous traite en étrangers dans notre propre pays. C'est bien. Nous agirons en étrangers. Ce pays, nous le conquerrons.

Georges Darien : La Belle France

Irrécupérables

 

— On ne les récupérera pas, tu sais.

Ta mère te dévisage, interloquée. La télévision présente un reportage sur des belges, enfin, des Wallons. C'est notre peuple et tu as envie de pleurer.

Les femmes dépoitraillées ont des têtes de Carabosse, avec des teintures rouges, et des bras énormes qui pendent en fanons. Les hommes sont gras, gros, carrément obèses, avec des traits noyés dans le suif. Ils portent tous du noir-jaune-rouge, mais aucun emblème wallon.

Leurs peaux, surtout, sont laides, flasques, brunâtres, couvertes de tatouages souvent approximatifs. Jupiler... Standard Champion... Et dès qu'ils s'expriment, c'est une catastrophe. Plus d'un siècle de pollution aux métaux lourds leur a brûlé le cerveau. Ils forment une tribu de victimes consentantes qui n'inspire aucune pitié. 

Et puis, il y a des Africains. Tellement nombreux que ça laisse perplexe. Un géant black au sourire carnassier tient un bambin blond sur ses genoux. La voix de Doina te revient, avec son accent roumain : il est trrrès gentil. Sans doute, mais dans cinquante, soixante ans, à quoi ressembleront-ils, les Wallons ? Eh bien, ils seront très, très gentils. 

En admettant que le MR soit sincère, leur marge de manœuvre se limite aux miettes que la Flandre nous laissera, et la Flandre n'est pas notre alliée, elle ne l'a jamais été. On l'a vu pendant la pseudo-crise des migrants. La Flandre n'a aucun intérêt à ce que la Wallonie se redresse : ils ne nous aiment que soumis, brisés, pour mieux pomper ce qui reste d'Etat belge et écouler leurs marchandises auprès de nos barakîs.

Non, la loge MR n'est pas plus sincère que l'obédience PS. C'est dans leur sang pourri. Et Lutgen... Ce judas au regard bourrin de labrador...

Il commence déjà par nous traiter d'assistés. Si un ministre français parlait ainsi des Canaques ou des Dom-Tom, il recevrait un bon coup de machette dans sa caboche. Ici, personne ne bronche. Tout le monde accepte de se faire cracher dessus et ils en redemandent, avec leur accent visqueux de dégénérés — on a bon d'être belge...

Alors quoi ? Taper sur les chômeurs, cela fera plaisir aux sadiques de Sud Presse. Les former aux métiers en pénurie ? Excellente idée. Expliquez-moi comment reconvertir un fonctionnaire de cinquante ans en équarrisseur pour abattoir. La voix de cette idiote de Mumu te revient : Bah, pourquoi pas, s'il aime bien les animaux...

Tu suffoques. Sortir, marcher un peu... Acheter un journal... Ces derniers temps, La Meuse donne la parole aux Wallons, pardon aux belges... à des candidats triés sur le volet. On aime la bière, et puis le roi, et puis manger... Pas de danger qu'ils te demandent ton avis.

Dans la rue, tu aperçois les mêmes zombies que sur l'écran de télévision : des visages détruits, des silhouettes difformes. Wallonie profonde... Le long de la Maison de la Laïcité — qu'ils brûlent en enfer — une blonde fanée attend le bus et tu crois reconnaître la sœur du clochard qui squatte ton bureau.

Et si tu l'avais correctement draguée, il y a vingt ans, au lieu de fuir comme un lâche ? La voix d'Arletty te revient : avec nos deux malheurs, ç'aurait fait une belle catastrophe.

Peu importe. A présent, tu sais qu'on ne récupérera personne.