Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/09/2017

I read banned books

Résultat de recherche d'images pour "dees public library banned"

Un bon libraire est un libraire à qui je commande des livres.

Un mauvais libraire est un libraire qui me commande de lire.

02/09/2017

Un de ces jours...

 

— La contestation... L'esprit Hara-Kiri... Vous êtes sûr de vos références ? Mais enfin... Regardez votre programme : Kroll, Strip-Tease... Ce n'est pas de la contestation, mais de la complaisance. Et toujours les mêmes...

Stop. Arrêt sur images. On est un peu avant deux mille. Les deux serpillières regardent le plafond d'un air gêné.

L'instant belge où ils s'aperçoivent que ça coince... Soit ils réagissent : ils rient bêtement, répondent bêtement ou se fâchent bêtement. Soit, et c'est pire, ils ne réagissent pas, ils restent béants, et préparent un coup en traître. Dans un cas comme dans l'autre, ils n'ont pas de réponse.

Cet animateur culturel, celui des deux qui avait l'air le plus gêné, tu viens d'apprendre son décès. Il était un peu plus âgé que toi. Accident ? Cancer ? Alcoolisme ? 

Paix à son âme... Après le réflexe chrétien, en cherchant sur la toile, tu tombes sur une page récente où il débitait les mêmes histoires qu'à l'époque, les mêmes mensonges huileux... 

Tous ces guignols inventent des inégalités et des discriminations envers les femmes ou les migrants pour mieux masquer les inégalités structurelles, communautaires, qui enfoncent toujours un peu plus la Wallonie au profit de la Flandre. 

Métisser au maximum la Wallonie, dresser les femmes contre l'homme blanc, alcooliser le public à la « belgian beer festival », liquider ce qui reste d'identité régionale et nous brader ensuite aux Flamands, qui sont numériquement plus nombreux et surtout, identitairement conscients...

La cuculture, voilà leur plan opium pour sauver un résidu d'Etat belge dans lequel ils conserveront des postes dans des A$BL ou des intercommunales. Ce type qui vient de disparaître, il le savait parfaitement, d'où son silence honteux.

Allons, il est mort... Maintenant, il n'est plus rien... Tandis que tu marches en ville, et que tu contournes l'université, ce vortex d'échec, tu sens tes réserves de compassion fondre comme l'allumette sur la banquise.

Tu l'as bien cherché, vieille crapule... Le seul plaisir qui reste dans votre infâme Belgique, c'est d'attendre de voir passer votre corps dans la Meuse, en sachant qu'un jour...

Oui, un de ces jours...

01/09/2017

A$BL

 

Les ASBL subsidiées monopolisent le débat : voici quelques extraits d'un article « correctement politiquement incorrect », paru dans la Libre du 31.07.17

Ligue des droits de l'homme, Mrax, Inter-environnement, Ligue des familles, Unia, Ufapec... Le point commun entre toutes ces associations, et on pourrait en citer beaucoup d'autres ? Elles sont toutes largement financées avec nos impôts et veulent influencer l'opinion publique et la politique dans leurs champ de compétences... [...]

Ce qui me gêne dans toutes les associations citées, c'est qu'elles ont, chacune dans leur domaine, une sorte de monopole d'unique pensée subsidiable par le contribuable. Ce financement public qui représente une part très importante de leurs budgets totaux a des effets pervers.

Cela ne force plus à écouter les citoyens mais cela permet simplement d'imposer un conformisme intellectuel. Quand je dis imposer, ce n'est évidemment pas par la force [encore que...] mais par leurs moyens importants en termes de financement, de collaborateurs, de relais médiatiques. [...]

Quand je vois la Ligue des Droits de l'Homme signer des pétitions à la moindre mesure prise par le gouvernement en termes de sécurité et de terrorisme, cela laisse songeur. La LDH a-t-elle vraiment la vérité unique ou le monopole de la prise de parole sur ces sujets dans les débats ?

Ne serait-il pas normal de diminuer les subsides de la LDH et de financer ainsi une autre ASBL pour qui le droit à la sécurité ferait aussi partie des droits de l'homme et qui n'attraperaient pas des boutons à la moindre mesure dite sécuritaire dans la lute contre le terrorisme ?

La gauche culturelle a réussi à truster le débat d'idées et le financement d'ASBL en Belgique francophone depuis des années. Chapeau à elle. C'est aussi la faute de la droite et du centre de ne pas avoir investi suffisamment le débat culturel et associatif. 

Il faut, pour assurer le pluralisme des idées, revoir le mode de financement des ASBL. Ces dernières doivent être invitées à plus se financer par leurs membres et moins via leurs contacts politiques.

Cela permettrait de faire le tri dans toutes ces ASBL comptant peu de membres, mais beaucoup de subsides.

En résumé, l'auteur de l'article propose principalement un rééquilibrage des subventions, mais la vraie question serait plutôt: a-t-on réellement besoin d'ASBL subventionnées pour nous dire ce que nous devons penser ?