Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/06/2017

69, année thanatopraxique

 

Je n'arriverai jamais à soixante ans, je vois venir quelque chose et je le vois lent, total, dévastateur, horrible et profondément ancré dans le corps. Je le sais depuis toujours.

Don DeLillo : Mao II

07/05/2017

Survival of the pittiest

 

No pain, no gain...

L'excès d'apitoiement sur nous-mêmes conserve notre raison, car ce repli sur nos misères procède d'une alarme de notre vitalité, d'une réaction d'énergie, en même temps qu'il exprime un travestissement élégiaque de notre instinct de conservation. N'ayez aucune pitié de ceux qui ont pitié d'eux-mêmes. Ils ne s'effondreront jamais tout à fait...

Emil Michel Cioran  : Fitzgerald, l'expérience pascalienne d'un romancier américain.

26/04/2017

Jusqu'à ce que les ténèbres...

 

Je n'arriverai jamais à soixante ans, je vois venir quelque chose et je le sens total, dévastateur, lent et profondément ancré dans le corps, écrivait un auteur américain, catholique et paranoïaque, disciple de Hobbes, obsédé par le mal et par la mort violente. Moi non plus, je n'arriverai pas à soixante ans. Je finirai comme Alain Van der Biest, ou comme Gregor Strasser, ou comme Slobodan Milosevic, ou comme Ioan Culianu, en tout cas, comme un type qui en sait trop.