Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2017

Ils en ont parlé !

 

— Mais enfin, pourquoi tu me hurles dessus comme ça ? Je n'ai rien dit... Rien...

— Oh, ça suffit... Avec tes allusions... Ta manière de... Je vois ce que tu penses !

Carne

 

Ce pays n'est pas le pays de la bière, ce pays est comme une bière : un gros cercueil qui pue. Avec plein d'asticots à l'intérieur, des petits asticots blancs, bien collabos. Heureusement pour le reste de la planète, ce cercueil n'est pas très grand et ses asticots, aussi méchants que trouillards, n'en sortent pas, car ils savent qu'ils seraient vite écrasés. Le seul truc qui s'échappe de ce cercueil, c'est cette puanteur rance que les asticots appellent culture et qui pue la mort. Malheureusement pour moi, je suis né dans cette bière et je vais certainement mourir dedans. 

Chaud !

 

La parenté religieuse et la haine du chrétien, la réussite des communautés en terre d'islam, engagèrent les juifs du sud de l'Espagne à faciliter l'entrée de Tarik l'envahisseur dans le royaume Wisigoth. Tous les chroniqueurs l'ont noté, chrétiens et musulmans. Ils lui donnèrent notamment les clefs de Tolède.

Les chrétiens allaient demeurer indignés de ce qu'ils considéraient comme une trahison : ils se trompaient, les autorités rabbiniques ne considéraient que l'intérêt de leur peuple.

Comme en Orient, ils ne se sentaient nullement solidaires du royaume chrétien où ils vivaient et préféraient le conquérant musulman. Pourtant, dans la suite des temps, les choses devaient se gâter plus d'une fois. Les dynasties Almoravides et Almohades qui régneraient sur l'Afrique du nord et l'Espagne n'aimaient ni le faste, ni la licence des riches juifs. Il y aurait des persécutions.

Tant et si bien que des juifs allaient se réfugier dans les royaumes chrétiens de la Reconquista, dont ils se plaignaient pourtant. [...] En même temps, leurs communautés  marquaient une nette préférence pour Ismaël sur Edom, comme en témoigne ce cri du cœur, rapporté par un auteur musulman, de quelques juifs, englobés dans les persécutions antichrétiennes d'Egypte et suppliant le sultan :

« Au nom de Dieu, ne nous brûlez pas en compagnie de ces chiens de chrétiens, nos ennemis tout comme les vôtres, brûlez-nous à part, loin d'eux. »

Martin Peltier : L'anti-christianisme juif