Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/01/2017

Alexandrie brûle-t-elle ?

 

Laisse-la brûler, c'est une mémoire pleine d'infamie (Jorge Luis Borges)

*

Source : Sputnik : N'importe quel livre peut devenir un roman sur Harry Potter. Voulez-vous devenir l'auteur d'un nouveau roman sur Harry Potter ? Rien de plus facile. Il suffit de rejoindre un flashmob spécial sur Internet.

Les utilisateurs du réseau social Twitter ont organisé un flashmob qui consiste à transformer les livres et mémoires scientifiques en nouveaux romans sur l'apprenti-sorcier Harry Potter. ​

Pour y participer, il suffit d'ajouter les mots "Harry Potter" au titre de n'importe quel texte pour qu'il ressemble à une œuvre de J.K.Rowling et de publier la photo en ligne avec le hashtag adéquat.

Reds don't read !

Les livres ont les mêmes ennemis que l'homme : le feu, l'humide, les bêtes, le temps, et leur propre contenu. 

Paul Valéry, Tel quel

31/12/2016

Chez les Ivolguine...

 

— Qui a lu Dostoïevski ? demanda la professeur de russe.

C'était il y a longtemps, dans une autre vie, chez les cultureux belgicains. Le goût-de-la-lecture, ou comment donner quelque chose qu'on n'a pas et qui n'existe pas à quelqu'un qui n'en veut pas. 

Tu rongeais ton frein, curieux de voir comment ils allaient encore s'en sortir, lorsque ton voisin prit la parole.

C'était un vieux bonhomme, pas méchant, totalement déclassé, sorti d'une des familles tuyau-de-poêle des Frères Karamazov. Il était venu en pantoufles... ça sentait les fins de mois difficiles. Il commença d'un ton pâteux, bien belge :

— Ben... Je l'ai lu quand j'étais jeune... Euh... On ne peut pas dire que ce soit quelqu'un avec qui on aurait envie de passer le réveillon.

Passer le réveillon... Et à part ça ? Rien, comme les autres... Pourtant, ce soir, tu repenses à lui. Qu'est-il devenu ? Retraité, invisible, souterrain, les trois en même temps ? Encore un qui ne verra pas la dernière rafale....

Tu le reconnais en commençant la relecture de l'Idiot : le général Ivolguine, le mythomane qui tente de lier connaissance avec ses histoires à dormir debout — Ah, prince Mychkine, j'ai très bien connu votre père.

— Mais enfin, s'exclame la belle Anastasia, cette histoire n'est pas de vous, je l'ai lue mot pour mot dans un journal européen, la semaine dernière.

Le titre du quotidien dans le roman : l'Indépendance belge ! Cela ne s'invente pas... Un pays qui n'est qu'un mythe ne pouvait être qu'un repaire de mythos.

ZLM