Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/09/2017

Décentrage

 

— Je n'aime pas les extrêmes, ni à droite, ni à gauche.

— Mais moi non plus... Les extrêmes se modulent plus ou moins vers un centre et le centre est toujours belge et bruxellois. C'est le radicalisme qui sauve, par la rupture. Soyons radicalement belgophobes, radicalement Wallons et décentrons-nous radicalement vers la France.

29/08/2017

Ce n'est pas un pays, mais une sale boutique

 

La Belgique est un des pays où le mouvement syndical est le plus faible : toute l'organisation du socialisme est basée sur la boulangerie, l'épicerie et la mercerie, exploitée par des comités de partis ;

L'ouvrier, habitué de longue date à une discipline cléricale, est toujours un inférieur qui se croit obligé de suivre la direction des gens qui lui vendent des produits dont il a besoin, avec un léger rabais et qui l'abreuvent de harangues, soit catholiques, soit socialistes. [...]

Il est naturel que dans un tel pays la grève générale soit conçue sous la forme politique : le soulèvement populaire doit avoir, dans de telles conditions, pour but de faire passer le pouvoir d'un groupe de politiciens à un autre groupe de politiciens : le peuple restant toujours la bonne bête qui porte le bât.

Ceci n'empêche pas Vandevelde d'assimiler le monde futur à l'abbaye de Thèlème, célébrée par Rabelais où chacun faisait ce qu'il voulait et de dire qu'il aspire à la communauté anarchiste. Oh, magie des grands mots...

Georges Sorel : Réflexions sur la violence

19/08/2017

Et bardaf, c'est l'embardée...

 

Ça me rappelle quelqu'un...

Le Pen, punk ! Soral vraiment mettait du punk à toutes les sauces.

Il m'expliqua que, lui, artistiquement, il était post-Dada en s'engageant au FN. Et moi, j'étais post-debordien en imprimant des tracts. Si la seconde assertion me paraissait juste, la première était encore de l'auto-illusion [...]

Quand Aragon quitta le surréalisme pour devenir communiste, c'est parce qu'il y croyait. Ce n'était pas surréaliste pour lui d'entrer au PC et de se mouiller avec Moscou à ce point-là. Et même Picasso qui, dans la peinture n'avait fondamentalement rien à faire du communisme, n'était pas devenu communiste uniquement par provocation. 

— Alors, tu me désapprouves ?, demanda Alain, tout fragilement.

— Non, pas du tout. Vas-y fonce, mais montre que tu y crois. Ne fais pas semblant de ne pas y croire. Si tu y vas en dandy, c'est pas drôle, c'est pas punk.

Pensif, il raccrocha.

Marc-Edouard Nabe : Les Porcs, tome 1